Le Mec.

28 Déc

Je suis sortie avec Le Mec pour boire un verre et manger un truc. C’est un garçon que j’aime gros comme ça. Et qui est pris … gros comme ça aussi.

Je suis un peu obsessionnelle comme fille, aussi quand j’aime quelqu’un, je le veux h24 près de moi. Je demande beaucoup, beaucoup. Mon sale caractère s’accentue encore plus.

Mais lui, il aimait bien mon sale caractère. Il faisait comme s’il voyait pas que j’étais maladroite, pas très intelligente, pas toujours bien coiffée ni maquillée, rarement de bonne humeur.

Et pourtant, pendant quasiment toutes les pauses il venait me voir, il m’a soutenue comme un frère pendant la période de mon inspection, il a répondu à mes questions sans broncher, il a fait une heure de route un dimanche soir pour me voir, il s’est mis à deux reprises dans une situation délicate par ma faute parce que je voulais qu’on se fasse un câlin, je voulais qu’on s’embrasse, je voulais l’avoir contre moi. Il a aussi répondu à mes 135 sms quotidien sans râler, en mettant même des smiley.

Alors oui, tout les mecs sont les mêmes, des connards. Oui, tout le monde me dit que lui aussi s’en est un, qu’il me manipule, joue avec moi. Mais moi, la seule chose que je vois c’est un garçon que j’aime, que je veux pas voir sortir de ma vie.

S’il est heureux avec sa copine et qu’il veut rester avec, tant pis je serai un peu triste pour quelques temps. S’il veut plus me prendre dans ses bras ou m’embrasser pour pas être mal, tant pis, je serai un peu triste au début. S’il faut que je m’éloigne, je le ferai. Mais je garderai toujours un oeil sur lui.

Le Mec, c’est mon pote, et je suis folle de lui.

Publicités

L’anesthésiste

5 Avr

En février, j’ai été opérée des dents de sagesse. (ça fait pas super mal d’ailleurs, pour celles qui se poseraient la question). Qui dit opération de dents de sagesse dit dentiste (c’est toujours plus efficace qu’un boucher) mais aussi anesthésiste. Une fois la rencontre avec le chirurgien passée, j’ai donc eu droit à un speed dating avec un anesthésiste.

Je me pointe, stressée comme c’est pas possible, et là je vois un mini-mec, à qui je donnais mon âge, sortir du bureau de MON anesthésiste. « Putin, faites que ce soit pas lui. » Dans un cabinet d’anesthésie, les chances de croiser des mecs en blouses blanches qui ne sont pas anesthésistes sont assez maigres, mais dans un moment de panique les connections ne se font plus vraiment … Anyway.

« Mademoiselle M. ?« 

Donc deux choix: partir en courant et/ou accepter la fatalité de mon sort laissé à un blanc-bec de 27 ans…Étant donné qu’une opération des dents de sagesse sans anesthésie c’est pas super funky, je l’ai suivi dans son bureau.

L’entretien a même pas duré 5 minutes, mais j’ai quand même saisi 8,000 opportunités de me taper la honte. Entre autres, j’ai appris que Grey’s Anatomy (série à laquelle je m’étais remise dès que j’ai appris que j’allais repasser sur la table, afin de me préparer aux pires scénarios (le pire étant de me retrouver empalée à un inconnu avec un poteau entre nous)) était donc une série où l’on nous ment et que je ne serai pas anesthésiée par masque (Non, vous avez pas 4 ans) mais bien avec une seringue d’au moins 10 kilos. (Non, c’est pas vrai. Pour les 10 kilos). Toujours est-il, que sans avoir été ne serait-ce qu’auscultée, je me suis retrouvée à payer 28 euros à un con en blouse qui m’a détruit le mythe de Grey’s.

Deux jours après, me voilà à la clinique, en tenue, je vous le donne en milles, ULTRA-SEXY. Oui, une blouse en papier cul bleue, une charlotte et pas maquillée. Charmante. J’étais tellement canon que même le brancardier m’a dit « Viens, on fait un selfie pour Facebook. » Alors comment te diiiiiiiiiiiiiiiiiiiire … dallertefairevoir.

Je me suis donc retrouvée là, étalée comme je sais pas quoi, à poil. Enfin non, en charlotte bleue. Avec des têtes de types vieux et barbus qui souriaient: « Ah ben ça va, vous êtes relax. » « Ouiii, mais on va y aller là. »

Et puis, Dr. B.

Je sais pas si c’est le stresse, l’euphorie, le manque … mais je l’ai trouvé drôlement mignon.

« Comment ça va ?

Oh, j’ai connu des situations meilleures. »

Vous avez déjà fait sourire un docteur ? Non parce que, Dr Mamour (presque) qui sourit, c’est quand même cool. 🙂

Il m’a fait une piqûre, j’ai même pas eu mal, il m’a mis un masque « pour te faire plaisir, seulement *sourire* » et il a dit « essaie de penser à des trucs sympa … Grey’s Anatomy par exemple. » J’ai souri, et je me suis endormi.

 

Et une semaine après, les dents de sagesse cicatrisées (oui, post glamour), je me retrouvais face à face avec Dr. B. dans un restaurant à manger du foie gras et à boire du champagne. Merci Facebook ! Après, l’avoir cherché sur Facebook, je l’ai trouvé, je l’ai ajouté et j’ai reçu un mail TROP cool. Tellement cool, que j’aurai voulu fumé le mail.

« Salut, oui je me souviens très bien de toi. La jolie patiente qui m’a pris pour Dr Mamour (qui ? moi ?). Je suis content que tu m’aies écris. Comment tu vas ? »

https://www.youtube.com/watch?v=GMs3LaxYK4c

De fil en aiguille, on s’est écrit, puis on s’est vu. Une fois, deux fois, trois fois …

Puis. « J’ai toujours mon ex copine chez moi. »

Pardon ? « Elle a tout quitté pour venir avec moi ici. Elle gagne pas beaucoup, je lui paie le loyer de notre appartement et moi je suis à l’hôtel. Mais de te voir, ça me motive à lui demander de partir. Je vais le faire, je te jure. »

Un mois après, son ex / actuelle copine, je sais pas trop était toujours chez lui.

« ça se passe comment là ? Tu la fais bouger ou c’est moi qui me déplace ?

– Oh non, la pauvre.

– Et moi ? (non seulement tu m’as niqué les dents, tu pourrais AU MOINS dégager ton ex)

– C’est pas pareil. »

NOUS, c’est jamais pareil. Je m’aperçois de plus en plus que quand un mec VEUT PAS, il ne VEUT PAS. En fait, ça sert à rien d’insister, de crier, de pleurer, de criser. Ils s’en foutent, et même si leurs comportements sont pas corrects, ce sera toujours NOS réactions qui seront, je cite « immatures« , « inappropriées« , « disproportionnées » ou encore « cassecouilles« . Au début, j’ai essayé d’être patiente et compréhensible. Puis, au bout d’un moment. Les appels qui se font de plus en plus espacés, les rendez vous aussi. Et aussi, cette sensation où on est lassé et où on s’aperçoit que finalement, on sera BIEN MIEUX sans.

Et c’était pas qu’une sensation. J’ai du attendre 3 SEMAINES pour qu’il daigne me caler dans son emploi du temps pour me rendre des affaires. Finalement, j’ai dû me déplacer à la clinique (je te dis pas la honte) et faire du forcing.

 

 

 

 

 

L’After

28 Mai

Je déteste les fins. J’aime pas quand les choses se finissent.

Mais, chaque fois qu’un truc se termine y a un truc trop génial derrière. Je sais pas encore quoi, mais je crois que la clé du bonheur (c’est beau) c’est le futur. Ou dans le futur. Faut se faire des plans, des projets pour éviter de penser déjà, au passé, puis au présent quand ça merde un peu.

D’abord, j’ai décidé de me concentrer sur mes cours. Je relis les programmes du collège, puis j’attaquerai les programmes du lycée. Je ferai des fiches sur les niveaux européens (si vous êtes pas dans le truc, en gros, c’est les niveaux attendus par l’Europe). Ensuite, je ferai mes cours / séquences en conséquence.

Puis, j’espère trouver un taf pour cet été. Mon nouveau coloc m’a parlé d’un truc juste TROP génial: accompagnateur de jeunes en séjours linguistiques, genre en Angleterre. ça me ferait TELLEMENT de bien, de partir quelques jours, même deux semaines, loiiiiiiiin. J’ai postulé hier, j’attends des nouvelles.

Enfin, j’ai écrit aux ressources humaines de M.A.C Cosmetics. Pour avoir des informations sur la formation idéale à suivre pour intégrer la marque. J’espère aussi une réponse, mais j’ai écrit seulement ce matin. J’aime bien l’idée de pas avoir de portes fermées. Que genre, je vais faire prof, mais que mon rêve secret d’être maquilleuse pro pour M.A.C. peut arriver aussi …

Et l’ensemble du truc, me donne un sentiment de liberté et d’opportunités énorme ! Loin de la sensation que j’avais, comme si TOUT s’arrêtait à cause de quelques obstacles …

 

🙂 ❤

La rupture

23 Mai

avec mon mec c’est fini, mais celle qui en parle le mieux, c’est ma mère :

 » Avec ton père la première fois qu’on l’a vu on s’est dit  » ça y est encore un bap boy, pour faire comme Beyoncé.  » A un moment faut arrêter la télé. Juste parce que dans la rue, on vous regarde. Casquette à l’envers ça peut pas avoir de sentiment. Après vous vous étonnez. On dirait un thriller le type. Tu te vois te traîner ça au bras à Aix. T’as cru que t’avais un Lancel au bout du bras. Ça va pas ça.  On dirait un troubadour. »

 » T’as quelque chose à rajouter ? « 

 

 » Ah non. Moi j’ai vu sa photo j ai compris. Je me suis dit « oh putin, dans quoi elle s est lancé. » Des fois je me dis putain, ouvrez les yeux. Ça finit en pleurs et tour le monde est choqué. Puis pour rien avoir en retour en plus…[moment d’hesitation]… C est pas une chanson ça? Non, mais le mec son seul truc c’était le sport. Il avait peur de pas transpirer. Quand il venait fallait l’occuper, c’est pas la garderie. Attends, fallait trouver un truc à faire pour pas qu’il soit blasé. Il faudrait qu’il enlève déjà sa casquette, il y verrait mieux. Non, mais moi, ces types a casquettes… Il a qu’à aller à sa salle de sport qu’est ce qu’il nous emmerde. Non, t’as vu l’handicap ? Un type comme ça, c’est comme si on te coupait les deux jambes et qu’on te demandait de courir le 100m. Mais tu te rends compte dans la situation où t’étais. »

La Colère

14 Mai

Quand j’étais petite, mes parents m’ont toujours dit de pas crier, de pas taper, de pas mordre et de pas griffer. Ma mère me disait toujours :  » C’est pas joli une fille qui crie sur quelqu’un ! C’est vulgaire.  » Du coup, des années après j’ai toujours du mal à exprimer ma colère. Et je crois que c’est mal sain.

Je pense à ce sujet pour deux raisons : la colère de Solange contre Jay – Z et mon sentiment de colère quand j’ai appris, y a 2heures, que j’avais raté les écrits de l’agrégation d’anglais. Je suis aussi en colère parce que j’ose pas. J’ose pas m’énerver contre des gens qui le mériteraient. Maintenant, ces discutions musclées sont passées donc j’ai pas envie de revenir dessus. Mais, pour ce qui est de l’agrégation et de M., j’ai envie d’en parler.

L’agrégation, c’est difficile, mais j’avais bossé. Vraiment, sérieusement, toute l’année. Oui, j’ai eu des entractes, oui, j’ai eu des moments de bad, mais je me suis accrochée. J’ai continué les cours, malgré les profs qui me disaient que j’y arriverais jamais, et j’aurais aimé leur dire « Sale pute, j’ai l’agrégation. » Mais je peux pas le dire. Je pourrais peut être jamais le dire … J’ai grandi avec l’idée que quand on travaille, ça paie. Quand on est gentil, ça paie. Et c’est faux. Quand on bosse beaucoup, on peut se faire dépasser par quelqu’un qui a raté les cours toute l’année. Quand on est trop gentil, on se fait avoir. On se fait avoir parce qu’on dit jamais rien à personne. Pour pas blesser. En revanche, ce que JE fais, c’est retourner la colère contre moi.

Pour M., j’arrête pas de me dire que c’est ma faute si ça marche pas. Alors que non, le mec ne veut pas de moi. Pas parce que « moi » mais parce que lui, il veut pas ce que je veux. Il veut s’amuser, parler de cul, bouffer, me serrer et reprendre sa vie de coursier marseillais. Julie, il s’en bat la race. Et ça m’énerve. Parce que depuis plus d’un mois, je me tais, j’encaisse. J’encaisse, qu’il calcule pas que ça fasse 1 mois qu’on se voit, j’encaisse qu’il se laisse draguer par d’autres filles, j’encaisse qu’il soit toujours inscrit sur adopteunmec, j’encaisse que ses potes passent avant moi, j’encaisse qu’il me cale dans son emploi du temps quand il a rien d ‘autre à faire, j’encaisse qu’il insulte les femmes en général sur son Facebook, j’encaisse qu’il m’appelle jamais, j’encaisse, j’encaisse, j’encaisse…

J’encaisse que cette conasse ait eu l’agrégation d’anglais. Même si ça fait 34 ans qu’elle la passe. j’encaisse que ce soit une râclure de chiottes, qui a passé l’année à nous / me pourrir le moral, à me dire des horreurs pour me décourager, à emmerder le monde, les profs, tout le monde… Je prends sur moi.

J’encaisse aussi quand j’appelle ma mère parce que j’ai pas eu l’agrég et qu’elle me répond  » Si tu l’as pas eue, c’est que t’as pas le niveau. « 

Au moment où j’écris, j’ai une boule au ventre, au dessus de l’estomac, les larmes aux yeux, je serre les dents pour pas balancer mon ordi à travers ma chambre, je tape du pied en même temps que j’écris ce post, et je hoche la tête de gauche en droite en me disant que « putain »

J’ai envie de gifler quelqu’un. Envie de faire du mal aux personnes qui m’ont fait souffrir ces derniers mois. Des gens qui se disaient mes amis, et qui d’un coup, parce que j’ai plus été disponible (ps: ma mère a été très malade), m’ont insultée gratuitement, m’ont supprimée de Facebook, sans raison. On m’a accusé de trucs nuls, de draguer l’ex de ma pote (de ma pote !) alors que jamais j’ai vu ce type plus d’une fois. On m’a blessé. J’ai rien dit. J’ai cru que c’était parce que j’étais forte, j’ai cru que c’était parce que ça n’en balait pas la peine. Mais à partir d’aujourd’hui, je JURE, que plus jamais je me ferai mal traitée. Plus jamais, je me laisserai insultée ni accusée de choses que je n’ai pas faites. Plus jamais, je me ferai passer en second, plus jamais.

Let’s get over it

11 Mai

 

Je l’ai eu au téléphone finalement. Il m’a trouvé de jolies excuses. Donc, je l’ai cru. Et tout est reparti de plus belle.

Il m’a même proposé (de lui même qu’on se voit aujourd’hui (Dimanche)).

Ce matin, il m’écrit qu’il a trop de courbatures et qu’il me rejoindra en début d’après midi. A 14h et quelques, il était toujours pas là. Du coup, je lui écris pour savoir s’il est parti ou pas encore de Marseille. réponse « Oula non pas du tout. » heu, ok. « Ma mère reçoit des invités et j’ai du faire le ménage. » Excuse de merde, on en conviendra tous. Il me demande si c’est grave s’il vient plus tard. J’y dis donc avec un calme olympien, que demain j’ai cours donc tard oui, 23h non. Il me dit « Ok c’est bon, je serai là avant 23h » Merci, lol. Ce a quoi il rajoute « de toutes façons t’as rien à faire non ? » Ben non, ça fait 3 semaines que je passe à t’attendre … Je me suis levée à 7heures ce matin, pour avancer mon taf en croyant, naïvement, qu’on passerait l’aprèm ensemble. Il me dit que c’est ok, il mange et il arrive.

Il est 16:09. Il est toujours pas là. J’ai essayé de l’appeler, pas de réponse, messagerie. J’ai effacé son numéro. S’il vient, SI, va falloir vraiment régler le problème. Je vais devenir folle. S’il vient pas, quelque part ça faciliterait tout …

 

Je peux plus.

8 Mai

 

Je ne peux plus supporter ce genre de type. Un mois. Un record.

Un mois, que c’est moi qui propose tout le temps qu’on se voit, un mois que je me tais. Mais, samedi, le coup de « ah, t’es avec Emilie. » ç’a été déjà le début de la fin. Il m’écrit tout va bien. On est jeudi, toujours pas de proposition pour qu’on se voit, normal ses potes doivent être disponibles. Ses potes ou d’autres meufs, je sais pas encore.

Toujours est-il que y a de cela, 1h je me connecte sur Face et que vois-je dans ma barre d’actualité ? Qu’il s’est inscrit au sport et qu’Emilie veut venir à la même salle que lui. Charmante. On aurait pu s’arrêter là, je me coucherai en pensant que c’est juste un mec blessé par son ex qui veut pas aller trop vite. Mais non. Il lui répond « vas y viens demain à 20h y aura mon beau-frère aussi ! »

 

heu …

On couche ensemble depuis 1 mois, je te fais tout ce que tu veux au lit, t’es pas foutu de me proposer UNE FOIS une soirée, et tu proposes, juste à ELLE, de vous voir pour faire du sport ? Un vendredi ? Pendant que moi, je suis comme une conasse, à rien prévoir de mes week ends pour être à ta disposition.

C’est une blague. Dites-moi que c’est une blague et que je suis pas ENCORE tombée sur un cas social.

Au même moment où je lis ça, je reçois : « ça va chérie ? »

… heu …

« mauvais numéro »

« quoi ? pourquoi mauvais numéro ? Toi, tu commences quelque chose là »

« laisse tomber »

« Ok. T’es en mode méfiante/jalouse. »

« Ouais »

« Ok j’ai compris c’est Emilie. »

SANS DECONNER ?!? Perspicace.

C’est compliqué de faire genre de bien m’aimer ? De faire style, je suis intéressante et je vaux la peine ? C’est si difficile ?!

« Si tu veux t’amuser ou t’occuper en attendant que quelqu’un d’autre soit libre, on arrête. »

« Je vais devoir changer deux ou trois choses dans ma façon de faire alors, pas pour me plier à toi pour me mettre à ta hauteur. »

« Oui si tu veux que ça continue, parce que là je me sens un peu seule. »

ça fait 1h que j’y ai écrit ça. Parce que BIEN SUR discussion par SMS, GROSSE maturité, et aucune nouvelle. Pendant 20 secondes, je me suis dit il va venir te voir par surprise. Il sent que là tu vas mal. Mais, je me leurre pas, on est jeudi, il travaille pas demain, c’est 23h, il est dehors avec ses potes.

Je pense que l’inévitable arrive. Encore une fois. Echec.